Courrier des lecteurs

Boîte_aux_lettres_1990Bien que ce blog soit nouveau, nous avons déjà reçu de nombreux mails au contenu fort inégal. Voici notre sélection des meilleurs.

Bonjour. Je m’appelle Bruno, je suis ouvrier et passionné d’histoire. Merci beaucoup pour votre blog de qualité. J’ai une question : quelle est la responsabilité réelle des Anglais dans la mort de Jeanne d’Arc. Merci !

Bien. Merci à vous, Bruno, d’avoir indiqué clairement votre profession dès le début du mail. Ainsi, nous n’avons pas eu besoin de lire en entier votre message. En effet, ce blog a vocation à produire un contenu scientifique de qualité, c’est pourquoi nous ne tiendrons pas compte des messages provenant de lecteurs CSP-. On sait très bien comment vous écrivez vous les pauvres, et très franchement on préfère donner la parole aux gens de lettre et de bon goût. Amusez-vous bien à produire des choses dans votre usine et bonjour chez vous.

Messieurs, je suis professeur d’histoire à la Sorbonne et je suis profondément atterré par le contenu de votre blog, émaillé de nombreuses contre-vérités et d’erreurs grossières. Vous êtes des gros cons.

Cher professeur, cher collègue, merci de l’attention que vous portez à notre projet. Il est toujours enrichissant d’avoir l’avis d’un de ses pairs. Néanmoins, nous n’apprécions guère votre ton insultant, et c’est pourquoi nous avons décidé d’employer une formule peu académique : dicens, quod est ipse (c’est celui qui dit qui y est). Cela signifie que nous ne sommes pas des gros cons, mais qu’au contraire c’est vous qui l’êtes.

A l’attention de l’histoire crue : j’ai entendu dire que des fouilles archéologiques récentes ont révélé l’existence d’un frère par alliance au comte d’Artois lors de la grande crise de succession de 1322. C’est toute l’histoire de ce comté qui serait à revoir. Pourriez-vous aborder le sujet ? signé kiki75

Non.

C’est tout pour ce courrier des lecteurs. Pour conclure, je dois dire que la qualité générale de vos messages est très décevante. Faites un effort, je suis à deux doigts de tout arrêter et personne ne souhaite cela.