» ich bin ein berliner !  » : je suis un petit biscuit fourré à la confiture

John_F._Kennedy,_White_House_color_photo_portraitLe 26 juin 1963, le président Kennedy prononce à Berlin un discours très impactant. Alors que la guerre froide fait rage, et que le monde libre et ségrégationniste doit faire face à la tyrannie de la solidarité et des files d’attentes soviétiques, le président américain affirme haut et fort qu’il est  » ein berliner « , c’est à dire un petit biscuit fourré à la confiture de prune. Comment expliquer cette audacieuse révélation trans-humaine ?

Avant toute chose, écartons deux traductions erronées de la fameuse formule :

  •  » Je suis un Berlinois «  : j’ai vérifié, Kennedy est né à Brookeline, et il a toujours vécu aux États-Unis. De plus, il ne figure aucune mention de son nom dans les registres municipaux de Berlin. Alors ce serait un peu facile, moi aussi je peux dire que je suis né à Maubeuge pour faire bombance et pécho dans les thés dansants.
  •  » Je suis une grosse voiture «  : cette traduction, mise en avant par le lobby automobile, est fausse, car Kennedy aurait alors dit  » Ich bin ein berline  » suivi éventuellement de la marque du véhicule.

Revenons à notre biscuit. Kennedy était, en 1963, dans une situation délicate. Son principal rival, le républicain Barry Goldwater, avait déclaré au début du mois  » yo soy un tomato « , ce qui signifie  » je suis une tomate « . L’opinion publique américaine, émue de cette révélation courageuse, avait massivement basculé du côté républicain. Dans la perspective des élections présidentielles de 1964, cela n’augurait rien de bon pour JFK. C’est alors que Bobby Kennedy, frère du président, mit au point une riposte inspirée :

Dans les sondages, mon frère était en chute libre. Les enquêtes d’opinion montraient que John était associé à une haïssable couleuvre de Floride et même pire, à une endive à la merde. C’est pourquoi j’ai convaincu mon frère de révéler sa double nature : être humain, et biscuit à la prune. Le résultat fut immédiat : il repassait en tête dans les sondages.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’homme le plus puissant du monde était une pâtisserie. Pas étonnant qu’il fusse assassiné peu de temps après.

L’histoire crue, le 25 juillet 2014

Publicités