La Marseillaise, un chant belliqueux ?

Pils_-_Rouget_de_Lisle_chantant_la_MarseillaiseminiJe dois vous raconter une histoire extraordinaire. Lundi dernier, je suis allé faire les soldes afin d’acheter au meilleur prix des mocassins à glands, vous savez les mêmes que ceux portés par Alain Juppé lors de ses interventions politiques porteuses d’espoir pour ses concitoyens. J’aperçois le magasin Cyrillus rue de Sèvres, lorsque soudain un homme d’origine incertaine me toise longuement, avant de cracher par terre et de m’interpeler publiquement :  » dites-donc vous, l’historien, pourquoi n’évoquez-vous jamais la Marseillaise ? Notre hymne national est violent et barbare, mais ça vous préférez ne pas l’évoquer !  » Passé la surprise, je dois bien dire que le prolétaire numide n’avait pas complètement tort. Je n’avais jamais évoqué ce sujet, et cela me tourmenta tellement que j’en oubliais d’acheter mes chaussures. C’est pourquoi j’ai décidé d’analyser les paroles de notre hymne afin de savoir s’il faut ou non en changer :

  •  » Allons enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé ! «  ; Alors là rien à dire, ça me remplit le cœur d’un magnifique espoir. C’est un peu vague (qu’est-ce qu’un jour de gloire ? Une sorte de barbecue citoyen avec des slammeurs et des châteaux mous ? ) mais j’aime bien.
  •  » Contre nous de la tyrannie, L’étendard sanglant est levé, (bis)  » ; C’est ici que les problèmes commencent. Je suis d’accord avec le début, car je tiens la tyrannie en horreur, par contre quelle idée de lever un étendard sanglant ? N’était-il pas possible de le laver, même s’il est difficile de laver les taches de sang (même avec une lessive de marque, et malgré leurs promesses publicitaires) ? Ne pouvait-on pas mettre de côté l’étendard sanglant le temps d’enlever la tâche, et prendre à la place un étendard neuf ? Et puis si j’avais un étendard sanglant et que je devais absolument le lever, je ne le ferais qu’une seule fois (or le bis indique qu’il est levé deux fois, donc ceux qui avaient loupé la tâche la première fois ont deux fois plus de chance de la remarquer ensuite).
  •  » Entendez-vous dans les campagnes, Mugir ces féroces soldats ? «  On passe du coq à l’âne, quel est le lien avec l’étendard sali ? De plus je n’entends rien du tout, mais il est vrai que je n’habite pas la campagne. Et je préfère, parce que la perspective d’être dérangé par des braillards de mauvaise compagnie ne me plaît pas du tout. C’est ça le jour de gloire, des espèces de brigands ivres qui poussent des cris terrifiants pour effrayer les gens ?
  •  » Ils viennent jusque dans vos bras, Égorger vos fils, vos compagnes ! «  Trop c’est trop, je m’arrête là. Passe encore le manque de cohérence de la chanson, mais là l’auteur de la Marseillaise dérape en évoquant des homicides prémédités pour je ne sais quelle raison obscure. Étant célibataire je ne me sens pas particulièrement concerné, mais il faut avouer que ça fout carrément les grosses miquettes.

Faisons un bilan : un jour de gloire dont on ne connait rien des modalités pratiques ou des stands qui seront présentés, des linges salis qu’on arbore l’air de rien au mépris des règles d’hygiène les plus élémentaires, des chenapans alcoolisés qui beuglent à tu-tête, des égorgements non-sollicités en zone rurale… J’ai honte pour mon pays qui mérite bien mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s