Trucs et astuces : retenir les dates

MemoireL’histoire présente un défaut majeur : celui d’être bourrée de dates difficiles à retenir. Le problème est lié au fait que la plupart des dates sont différentes, en fonction de l’événement. Par exemple, si vous connaissez la date de la bataille de Marignan (1515), cela ne vous donne aucune indication quant à la date de l’indépendance de l’Inde. Dès lors, comment faire, et dans quelle mesure ?

Les astuces pour éviter de connaître les dates :

  • Affirmez qu’il est absurde de raisonner dans le temps court, que l’événement dont on parle s’inscrit dans la longue durée. Par exemple, si on vous demande les dates du concile de Trente, soutenez qu’il s’est déroulé durant la première modernité. Vous pouvez ajouter qu’il s’agit « d’un concile qui a durablement structuré les mentalités de son temps », ou quelque chose comme cela, ça pète bien.
  • Noyez le poisson à l’aide d’un poncif sans aucun lien : « Pour connaître cette date, il faudrait une véritable volonté politique ».
  • Mentez sans vergogne : avec l’avènement d’Internet et de Wikipedia, plus personne ne retient les dates car la technologie le fait à notre place. Exemple : « Aristote ? Grand auteur médiéval, 1234-1308 ».
  • Indignez-vous en rappelant à votre interlocuteur la futilité des dates : « Combien respectent les enseignements du Christ ! Je suppose qu’il est plus facile de se souvenir des dates de vacances que de commandements ! » (Benjamin Franklin). En général après ça le mec ferme bien sa grande gueule.

Il existe toutefois des indices vous permettant de connaître une date au jour près :

  • Votre anniversaire : facile, des gens que vous connaissez vous offrent un stupide bouquin sur la recherche du bonheur écrit par un soi-disant philosophe, alors que vous auriez vraiment eu besoin d’un chèque de 50 euros pour payer le stage de poney du petit.
  • L’armistice de 1918 : il vous suffit d’observer les passants dans la rue. Les Allemands baissent honteusement la tête en marmonnant un « warum, warum« , l’air désespéré.
  • La fête nationale française : regardez les sillons, un sang impur les abreuve.
  • La fête de l’Europe : les foules en délire qui adhèrent de façon quasi-religieuse au magnifique projet européen sortent les drapeaux étoilés et hurlent leur amour au président de la Commission européenne.

D’autres articles sur le thème « trucs et astuces » sont en préparation, la date de publication n’est pas encore décidée.

Publicités

Courrier des lecteurs, le retour

Boîte_aux_lettres_1990Bonjour chers lecteurs. Nous avions déjà publié les premières lettres reçues il y a quelques mois, et je dois dire que le résultat n’était pas brillant. Tentons tout de même de donner à nouveau la parole au bas peuple pour voir si par le plus grand des hasards jaillit un éclair de lucidité de l’obscurité et de la crucherie plébéienne. Si vous pensez pouvoir relever le niveau, écrivez ici : lhistoirecrue@gmail.com

Bonjour, je m’appelle Bruno et j’ai une question à vous poser à propos de l’orientation politique de votre blog. Quel est votre positionnement ? Êtes-vous fasciste, partisan de la décroissance ? Merci !

Monsieur Bruno, votre question m’insulte : croyez-vous vraiment que je sois un homme sans mesure, se jetant éperdument dans la première idéologie extrémiste venue ? Me voyez-vous mener un combat d’un autre temps guidé par la haine et la peur de l’autre ? Me pensez-vous suffisamment bête pour fouler des deux pieds les grands principes qui font de notre civilisation un modèle pour le reste du monde ? Non monsieur, je ne suis pas de ceux qui veulent revenir à la bougie et abandonner tout le confort moderne. Quant au fascisme, je suis effectivement proche de la pensée mussolinienne, en particulier dans le domaine des travaux publics et de la réglementation tabagique.

Chère histoire crue, malgré une intense activité sur votre blog vous semblez avoir du mal à obtenir une quelconque reconnaissance, que ce soit des professeurs d’Université en université ou de Laurent Ruquier. Quel est selon vous la raison de cette stagnation ?

Au départ, je pensais qu’il s’agissait d’un complot, car mon blog dérange l’intelligentsia bien pensante. En effet, sur mon blog, j’affirme tout haut ce que la plupart des gens ne pensent même pas, brisant ainsi la pensée unique, et même la pensée tout court. Mais après une analyse plus approfondie, il semblerait que l’inexactitude des informations et la médiocrité du style de rédaction sont aussi à incriminer. C’est donc un peu des deux, la vérité est insaisissable.

Bonjour, je suis étudiant en histoire à la faculté de Roubaix Sud et j’adore votre blog. Je cherche un stage (532,26€/mois) afin de valider ma 4e année et je souhaite vous proposer mes services, par exemple pour vos recherches préalables à la rédaction de vos articles. Veuillez agréer.

Jolie tentative mais non merci, le coût du travail est bien trop élevé en France. D’ailleurs je n’embaucherais des salariés que lorsque le Code du travail aura été purgé de son contenu long et indigeste, c’est une question de principe.

Citoyen du monde, j’ai délocalisé ma recherche documentaire au Cambodge. Je fais traduire du Cambodgien vers l’arabe en Tunisie, puis de l’arabe en français en Côte d’Ivoire. Enfin, ma dignité est délocalisée en Suisse.

C’est tout pour cette fois et je dresse un bilan mitigé de ce courrier des lecteurs. Vous n’étiez certes pas tellement inspirés, mais votre franc parler populaire a quelque chose de touchant.

La fin du monde arrive : la bombe démographique

La ville de Thouaré-sur-Loire est en partie responsable de la crise démographique à venir.

La ville de Thouaré-sur-Loire est en partie responsable de la crise démographique à venir.

 » Historien : personne capable de prédire le passé « . Tâchons aujourd’hui de faire mentir l’auteur de cette citation en nous tournant vers l’avenir. Et l’avenir, comme chacun sait, c’est la fin du monde qui inexorablement se rapproche. On ne peut rien y faire, c’est comme ça. Dans une série d’articles, je vais essayer de présenter les différents scénarios possibles de fin des temps, pour diminuer l’effet de surprise le moment venu.

Premier scénario : l’explosion démographique jette l’humanité surpeuplée dans la pénurie, l’indigence et in fine l’annihilation. Ce n’est pas mon scénario préféré, mais les faits le rendent très probable. Voici quelques données historiques :

  • En 4000 avant Jésus-Christ, l’humanité compte deux personnes : Adam, Eve et Valéry Giscard d’Estaing.
  • En 0 pendant JC : dix humains, dont Jésus-Christ, son papa, sa maman, et Valéry Giscard d’Estaing.
  • En 1750 : mille humains, dont Voltaire, Montesquieu, John Locke et Valéry Giscard d’Estaing.
  • en 1950 : dix mille, dont Sartre, Aron, Gandhi et Valéry Giscard d’Estaing.
  • Aujourd’hui : cent mille, dont Laurent Ruquier, Kev Adams, Jérome Cahuzac et Valéry Giscard d’Estaing.
  • En 2050 : 100 milliards, dont Kévin Sarkozy, Kévin Debré, Kevin Ben Laden et Valéry Giscard d’Estaing.

Comme vous pouvez le constater, la hausse est alarmante, à tel point que les besoins de base de l’humanité ne pourront être satisfaits, provocant de tragiques pénuries. Le petit peuple nécessiteux, toujours prompt à se plaindre mais encaissant pourtant sans moufter son RSA à la fin du mois, risque de se soulever et de semer le chaos. Voyez plutôt : dans le monde on ne compte qu’un smartphone pour six habitants, qu’un livre d’Eric Zemmour pour cent habitants, et pire que tout, un bowling pour seulement dix mille habitants.

Alors messieurs faites attention lors de la copulation. Si l’acte d’amour est agréable, même non tarifé et donc réalisé maladroitement, retenez-vous un peu. Ou faites comme moi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vasectomie.

La grande muraille de Chine

Le caractère de gauche signifie "muraille", celui de droite "de Chine"

Le caractère de gauche signifie « muraille », celui de droite « de Chine ». L’ensemble est difficilement traduisible.

Bonjour, je suis colère. Pas contre vous, enfin pas plus que d’habitude. Mais contre les historiens français, qui derrière leurs beaux diplômes et leurs vestes démodées ne s’intéressent qu’à l’histoire de la France et de l’Europe. C’est une approche européo-centriste absolument inexcusable, qui traduit une étroitesse d’esprit préjudiciable pour notre belle discipline qu’est l’histoire. Une fois de plus je dois mettre du mien pour rectifier cette anomalie que seule la paresse peut expliquer. En effet, je me considère comme le meilleur expert français de l’histoire extra-européenne, et croyez-moi ce n’est pas rien. J’ai même reçu lors d’une sauterie cossue les félicitations de l’ambassadeur de Chine en France, son excellence Feng Shui, qui m’a félicité pour la qualité de mon visage avant de tenter de m’embrasser suavement. C’est pourquoi je vais vous raconter avec brio l’histoire de la Grande muraille de Chine, sans tomber dans les stéréotypes ou les approximations guidées par des a priori culturels occidentaux vis-à-vis du pays du Soleil Levant.

Comme vous le savez, la Chine dispose d’une muraille très grande. Elle se situe au Nord du pays et elle est essentiellement constituée de pierres minérales. Son nom, « Grande muraille de Chine », vient à la fois du pays dans lequel elle a été construite, la Chine, mais également de sa taille très imposante. L’objectif de ce mur est d’éviter les invasions venues du Nord : en effet, la muraille constitue un obstacle physique empêchant les Mongoles d’avancer vers le Sud. Bien souvent les Mongoles voulaient envahir la Chine, c’était une de leurs passions. Au départ les Chinois avaient construit une petite muraille de Chine, mais on pouvait la contourner ou même passer par dessus. Alors ils décidèrent de construire une moyenne muraille de Chine, mais on pouvait l’escalader en faisant la courte-échelle. C’est grâce à la Grande Muraille que les Mongols étaient bloqués, et cela les a rendu bien tristes.

Un moment important intervient en 346, lorsque l’Empereur Ping-Pong décide de faire peindre la Muraille en rouge afin de la rendre plus gaie et de favoriser le tourisme. Néanmoins ce projet tomba à l’eau car il n’y avait pas assez de peinture pour barioler cette muraille qui rappelons-le est grande du fait de sa taille.

Aujourd’hui la muraille de Chine ne sert plus à rien : les Mongols ont d’autres occupations, comme la télévision par satellite et la maîtrise de leur taux d’inflation. Du coup la muraille de Chine pourrait être détruite, mais ce serait bien trop fatigant.

grande_muraille

Une légende urbaine veut que la Muraille de Chine soit visible depuis la Lune en utilisant Google earth.

Anecdote : 10 millions de Chinois sont morts pour construire cette muraille ! Si 130 murailles de Chine avaient été construites, alors il n’y aurait plus aucun Chinois aujourd’hui. Mais l’empereur Nem, après avoir longtemps réfléchi entre construire une ou 130 murailles, a choisi la première option, guidé par son tempérament pusillanime et sa personnalité réservée. A noter que construire 130 murailles de Chine aurait bien mieux assuré la protection du pays, environ 130 fois mieux d’après les calculs d’experts réalisés avec des bouliers.