La justice au Moyen Âge : un modèle à suivre ?

Légende de la miniature : " Tiens, celui-là m'a l'air coupable "

Légende de la miniature :  » Tiens, celui-là m’a l’air coupable « 

Notre justice est malade de ses errements, et les Français n’ont plus confiance en elle. Il faut la réinventer, et quoi de mieux que de se tourner vers le passé pour résoudre les crises de notre temps ? Faut-il s’inspirer de la justice médiévale pour restaurer un climat plus serein dans notre pays ?

Car au Moyen-Âge comme partout il existait déjà des délinquants. On connaît surtout les jeunes portant des cottes de mailles qui trainaient en bas des châteaux et semaient la terreur des honnêtes contribuables. Mais il y avait aussi les paysans qui gardaient une partie de la récolte due au seigneur (fraude fiscale) , les taverniers qui n’appliquaient pas l’interdiction de fumer dans les auberges, les commerçants qui coupaient leur gnôle avec de l’urine de cheval et les banquiers qui pratiquaient l’usure. C’était une époque bien triste.

Malheureusement, il était très difficile de réprimer ces méfaits à cause de l’absence de système de vidéo-surveillance et de police de proximité. Il fallait donc faire avec les moyens du bord, et autant vous le dire tout de suite, ce n’était pas joli-joli. Une partie non-négligeable des méfaits était réglée selon le principe dit de « la vengeance  » : on me vole ma bourse, alors je reviens avec cinq membres de ma famille pour me faire justice moi-même. C’est indigne d’un État de droit, car nul ne peut faire violence sans décision de justice. C’est à la société de sanctionner les méfaits, le tout dans le respect des textes édictés par des hommes de droit.

C’est pourquoi les sociétés médiévales mirent en place l’ordalie, aussi appelée Justice de Dieu, pour concilier ordre public et respect de la dignité humaine. Il existe différentes sortes d’ordalies :

  • l’ordalie par le feu : l’accusé doit simplement marcher pieds nus sur un petit monticule de flammes, de feu et de braises. S’il se brûle, c’est qu’il est coupable.
  • l’ordalie par l’eau bouillante : l’accusé doit plonger sa main dans une bassine d’eau bouillante pour y prendre un petit caillou. Si sa main est brûlée, cela signifie qu’il est coupable.
  • l’ordalie du fromage : l’accusé doit avaler un gros fromage de chèvre, sans boire d’eau. S’il s’étouffe et meurt, c’est qu’il est coupable ; il est donc condamné à réparer le préjudice causé. Ce type d’ordalie fut très vite abandonné suite à des cas d’allergies au lactose ayant profondément choqué les jurés.
  • l’ordalie de la Croix : les deux individus qui s’opposent sont ligotés sur un poteau, et doivent maintenir leurs bras à l’horizontal, de façon à former une croix. Le premier qui baissait les bras était condamné à mort. C’est mon ordalie préférée, on dirait une épreuve de Koh-Lanta pour obtenir un totem d’immunité.

Alors faut-il s’inspirer de la justice du Moyen Âge ? Permettez-moi de répondre de façon malicieuse : dans une certaine mesure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s