Le catastrophique entretien d’embauche d’Hitler

Nous conhitler-peintnaissons tous Adolf Hitler, que je considère comme un sale type. Sa folie a poussé le monde dans la guerre et la destruction ; mais saviez-vous qu’il n’est devenu dictateur que par défaut ? Son véritable rêve était de devenir peintre professionnel. Le jeune Hitler, sans allure avec sa petite moustache d’adolescent et sa disgracieuse mèche au milieu du front, voulait vivre de ses œuvres. Malgré son absence totale de talent, il candidate en 1908 à l’école des Beaux Arts de Vienne, mais il est malheureusement recalé. Nous avons retrouvé un document exceptionnel : la transcription de son entretien d’entrée avec le directeur de l’école.

Question : Parlez nous de vous.

Bonjour je m’appelle Adolf Hitler et j’aime beaucoup l’art, c’est pourquoi je souhaite intégrer l’école des Beaux Arts du Louvre. J’ai consulté vos différentes formations sur votre site Internet, et j’ai été vivement intéressé par l’excellence de votre établissement. Je pense pouvoir apporter à votre école ma motivation et mon goût pour les belles choses. Et je suis nazi.

Q: Quels sont vos points forts ?

Hitler : ma moustache (il rigole). Non je plaisante. J’ai de la répartie, j’arrive à répondre de façon intelligente du tac au tac. Vous avez pu vous en rendre compte avec ma blague sur la moustache. Je suis aussi très sociable et facile à vivre.

Q: Quels sont vos points faibles ?

Hitler : On dit parfois que je suis un peu colérique (il sourit). C’est vrai que j’ai du mal à me contenir ! (l’air grave) Je digère aussi très mal les produits à base de gluten.

Q: Êtes-vous prêt à déménager pour poursuivre vos travaux ?

Hitler : oh oui, je suis prêt à déménager, par exemple à Varsovie ou à Paris qui sont deux villes que j’aime beaucoup.

Q : Quels sont vos thHieronymus_Bosch-Removing_the_Rocks_from_the_Head-Detail2èmes artistiques préférés ? Pouvez-vous nous montrer une de vos œuvres ?

Mon thème préféré est la mort. Voici ma peinture (voir image ci-contre), intitulée  » Le chirurgien aux deux têtes ouvre le crâne d’un homme mort  et sans histoire « , qui évoque bien le thème de la mort. Non pas que je sois quelqu’un de morbide, non je suis très équilibré psychologiquement.

Ce fut la dernière question de l’entretien ; une semaine plus tard, Hitler reçoit par courrier une lettre l’informant de son échec. Tentons de l’expliquer.

Un élément a joué en sa défaveur : Hitler, frappé de TOC, ne pouvait s’empêcher de lever son bras droit à chacune de ses réponses. Cela suscita d’abord la surprise du directeur de l’école des Beaux Arts, puis son embarras, et finalement un très net agacement.

Nous avons montré cet entretien d’embauche à monsieur Damarrage, responsable des ressources humaines chez AXA. Il tire pour nous les leçons de l’échec d’Hitler :

On le voit, le candidat avait un certain potentiel, mais il s’est cassé les dents sur des questions très classiques qu’il aurait dû préparer avant l’entretien. Il faut rester calme et montrer que vous parvenez à vous maîtriser même dans des situations de stress. Hitler aurait également dû tenter de se différencier des autres candidats, et son joli tableau lui en donnait l’occasion. Mais à mon avis, sa principale erreur est sa blague sur sa moustache.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s